La CB650R Néo Sport Café de Honda, séduisante en diable

Honda avec cette CB650R Néo Sport Café cherche à poser une offre différente, avec un look plus agressif, une esthétique elle aussi différente sur ce segment de machine (moto).

De prime abord la dénomination Néo Sport Café, évoque les Café Racer, mais là point de bracelets, de mégaphone et autres accessoires indispensables pour réellement faire un lien avec cette dénomination, en fin de compte, quelque peu marketing.

Mais,  à l’essai, cette machine s’avère beaucoup plus séduisante que la description marketing ne le laissait supposer de prime abord.

Tout d’abord l’essai fut en grande partie réalisé en zone urbaine, et c’est là, en tout cas de mon point de vue, que la machine démontre une capacité d’adaptation réellement intéressante. En effet la souplesse de son quatre cylindres lui permet d’évoluer sans à coup à bas régime de l’ordre de 2000 tours minutes en quatrième , et même en poussant le vice, jusqu’en sixième.

L’équilibre général de la machine est très agréable, avec une selle à 810 mm du sol , ni trop haute, ni trop basse, une répartition du poids équilibrée, un point de gravité situé plutôt vers l’avant de la machine et bas. Petit bémol, la passagère a tendance à considérer que la selle est plutôt à situer dans la catégorie sport que travel.

Par contre la fourche inversée Showa qui est malheureusement non réglable, agréable et confortable lorsque l’asphalte est régulier, absorbe beaucoup moins bien les nombreux nids de poules qui essaiment la capitale.

Sur petite route la cb650 est très agréable, précise à placer dans les courbes, avec un rapport poids puissance raisonnable. C’ est aussi un terrain de prédilection pour cette moto. Par contre sur autoroute, les vibrations à partir de 5000 tours sont gênantes. De toute façon sans carénage, une moto est toujours moins à l’aise sur ce type de parcours.

Les étriers radiaux Nissin assure un bon freinage, certains l’ont trouvé un peu violent ou d’un maniement délicat. Certes il est nécessaire d’être relativement fin dans l’utilisation du levier de frein,

2019 CB650R

il est progressif et doux à condition de ne pas intervenir de façon trop prononcé. Si d’aventure vous engagez trop fermement le freinage avant , il est certain que cela donne le sentiment de bloquer. Le frein arrière est un peu mou, je dirais presque inconsistant, il faut être « lourd » pour ralentir uniquement de l’arrière.

Par contre un super bonus pour le son de la machine. Il est totalement top, personne ne peut ignorer que vous êtes au guidon d’une moto, et pas d’un vague deux-roues.

Le nouvel ensemble « compteurs » planche de bord LCD regroupe les principales informations nécessaires. Mais tout cela reste d’une part largement en-deça de ce qui est proposé sur les voitures et il manque d’autre part  d’ un déport de commande au guidon. Un effort tech avec par exemple un compteur couleur serait de nature à rendre plus attractive et trendy la 650. Le guidon type cintre plat est bien dessiné, agréable,  et procure pour sa part un excellent contrôle sur la moto.

Cette nouveauté 2019 d’Honda, majeure pour la gamme et soigneusement designée, avec un phare à LED entouré d’écopes en plastique façon métal brossé, réinterprète habilement ce savoureux mélange des genres “Néo Sports Café “:   moteur subtilement mis en avant,  ses couleurs acier et cuivre, une ligne d’échappement courte et surtout un bruit génial. Une sonorité chic et choc de nature à établir de manière sans équivoque la distinction entre une « moto » et un « scooter ».

Bref, oubliez le look de l’ancienne CB650F . Toutes les réactions attendues d’un roadster sont réunies sur cette nouvelle CB650R : agilité, précision, stabilité, renvoi d’informations, qualité d’amortissement global satisfaisante, bref une moto polyvalente. La concurrence peut s’inquiéter !

JC

Prix 7990 euros