Un Livre qui voit Rouge

Views:
1

Dans la collection Prestige d’Auto Plus un titre Toutes les Alfa Roméo de route de 1910 à nos jours, l’ouvrage conçus et fait pour les aficionados de la célèbre marque au trèfles.Un historique exhaustif de la marque de tout les voitures de série qui ont bâti l’image de cette marque jusqu’au renouveau des années 2000.

Chaque modèle est analysé sur plusieurs pages, tant au niveau historique qu’à celui des comportements routiers, et des particularités techniques qui ont marqué son époque. Chaque Alfa est présenté est accompagné d’une fiche synthétique et récapitulative ainsi que, mention rare mais intéressante, d’une cotation de la voiture sur le marché de la collection, pour des modèles bien évidemment en parfait état de fonctionnement. Les photos d’époque ou récentes permettent une identification du modèle de manière claire et esthétique. De bien entendu le choix de la plus belle des Alfa Roméo va au modèle 33 Stradale de 1967, réalisé par Franco Scaglione. Il reste un modèle exceptionnel par le modernisme de son concept de superstar avant l’heure, tout en méritant d’être appelé voiture de série puisqu’il fut fabriqué à 18 exemplaires. Sa cote: 335 000 euros.

L’intérieure est personnalisé, le concept si ce n’est le fil rouge de la création permet dans une ambiance ou le noir domine, puisqu’il habille le ciel de pavillon, le tableau de bord, les montants, et le tissu des sièges, mais se retrouve sur surpiqûre rouges et de logos Ducati Corse sur les appuis-tête, si ce n’est sur la couleur de la voiture.Mais l’Alfa 147 Ducati Corse ne se contente pas d’un habillage sport : elle s’offre également une version inédite du moteur diesel 1.9 JTDm, forte de 170 ch. Grâce à lui, elle accélère de 0 à 100 km/h en 8 secondes. Avec des plus techniques dont le différentiel autobloquant Q2 livré en série qui a pour vocation d’assurer une transmission optimale de la puissance au sol, ainsi que par exemple aménagement très “Corsa “ HigTech sous forme d’un bouton situé sur la console centrale qui permet de modifier la réactivité de l’accélérateur afin de lui donner un tempérament plus ou moins fougueux à la voiture, en fonction du trafic ou des humeurs de “pilotes” du conducteur. A consommer avec modération, mais avec plaisir.

Jean Cousin